Le LIA Mines Atacama à l’AAG 2018

Lors du meeting annuel de l’Association Américaine de Géographes (AAG), réalisé à la Nouvelle Orléans (États-Unis) entre le 10 et le 14 avril, le doctorant en cotutelle Manuel Méndez (Université de Rennes 2 – Universidad Católica del Norte) ainsi que le professeur Milton Godoy (Universidad Academia de Humanismo Cristiano – Universidad de Tarapacá) ont présenté l’article intitulé « Enlightenment of subterranean resources in the Atacama Desert. The 19th and early 20th centuries mining/water extraction in Taltal region, Northern Chile (~25° S) » dans le cadre de la session Political Geologies: Earth Sciences and Subterranean Territorialization.

Le congrès de l’AAG est considéré comme l’un des évènements académiques le plus important dans le domaine de la géographie. La participation du doctorant dans ce colloque fait partie des activités de discussion autour de sa thèse et elle a été rendue possible grâce à la collaboration du LIA Mines Atacama, à l’aide du Laboratoire archéologie et histoire Merlat (LAHM), composant Rennes 2 du Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences, Histoire (CReAAH), ainsi qu’à l’obtention d’une bourse d’aide à la mobilité des doctorants 2018 de l’Ecole Doctorale Sociétés, Temps, Territoires (STT) de l’Université Bretagne Loire.

Lors de la présentation, les chercheurs du LIA Mines ont reconstitué la généalogie des territoires souterrains du secteur de Taltal entre les années 1840 et 1920. Dans leurs travaux, ils proposent que l’insertion de l’activité minière d’Atacama dans les circuits capitalistes mondiaux ont déclenché des changements territoriaux dans toute la macro région. Dans ce contexte, des processus discursifs (scientifiques, politiques et légaux) ainsi que matériels (investissements et technologie) ont transformé les territoires de Taltal en une région minière d’échelle mondiale, modifiant, dans le même temps, l’eau en une ressource. D’une manière plus générale, les auteurs proposent que les discours scientifiques autour du désert d’Atacama, ainsi que les technologies d’exploitation minière et d’extraction/conduction d’eau, ont joué un rôle majeur dans la domination de la nature, en général, et de l’eau en particulier. Ainsi, le processus de colonisation capitaliste et étatique (institutionnel) du désert d’Atacama a transformé l’eau en une ressource rare pour la population mais abondante pour l’activité minière.

Les premiers résultats de cette recherche ont été présentés dans un article accepté dans le Journal Caravelle et seront publiés dans le prochain numéro. La suite des résultats a été sélectionnée par les organisateurs de la session de l’AAG à fin d’être proposée pour un numéro spécial dans la prestigieuse revue Political Geography.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.