Capitalismes sauvages. Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Colloque International
Université de Rennes, 10-11 octobre

Organisé par :
Nicolas Richard, Jimena Obregon Iturra, Christophe Giudicelli  


Sauvages par la violence qu’ils déploient et par les confins qu’ils investissent, les différentes formes d’extractivisme ont joué un rôle fondamental, notamment à partir du 19è siècle, dans l’articulation contemporaine de vastes territoires et de populations jusqu’alors périphériques de l’Amérique du Sud (Amazonie, Atacama, Grand Chaco, Patagonie…). Des forêts, des déserts et des océans jusqu’alors perçus comme des limites ou des entraves, deviennent le théâtre central de formes mondialisées d’extraction de ressources minérales, végétales ou animales. La colonisation minière du désert d’Atacama, l’exploitation du caoutchouc en Amazonie, l’industrie baleinière dans les côtes australes, les scieries et les ports forestiers dans le Chaco, etc. ont construit historiquement ces territoires comme des territoires d’extraction. Ceux-ci s’inscrivent d’une façon singulière et tardive dans les espaces nationaux, en tant que territoires conquis, capturés ou annexés par des états-nations déjà constitués. Or ils se laissent mal comprendre d’un point de vue national, car la présence de ces Etats est bien souvent nominale, médiatisée par des acteurs privés et transnationaux (sociétés d’exploitation, colons, missions religieuses, concessions…), posant à différents niveaux le problème des souverainetés. Ces territoires organisent aussi vis-à-vis de leurs populations d’autres formes de colonialité, distinctes des formes ibériques des siècles antérieurs, mais distinctes aussi des formes qui leur sont contemporaines en Afrique ou en Océanie, car elles se déploient en Amérique sous couverture d’Etats nations souverains. Les amérindiens, qui avaient échappé à l’étau colonial ibérique, se voient ainsi submergées par ces nouveaux fronts de colonisation qui gagnent en nombre et en extension, en les assignant à de nouveaux dispositifs de contrôle biopolitique (réserves, camps, missions). Enfin, ces territoires sont mécaniquement exploités et cette omniprésence des machines (trains, pelles mécaniques, bateaux, scies, camions, etc.) structure une relation spécifique aux corps, à la nature et à l’espace.
                 Trop souvent envisagés du seul point de vue de leur actualité, ces territoires extractifs se sont construits au contraire sur la durée, en marquant profondément leurs populations et leurs paysages, leurs asymétries, leurs contradictions. Ils posent des problématiques spécifiques, tant du point de vue historique, que politique et anthropologique. De même, s’agissant de réalités asymétriques et asymétriquement documentées, il est nécessaire de pousser la recherche historique vers d’autres méthodologies et d’autres sources (matérialités, ethnographie, histoire environnementale…) qui permettent d’équilibrer et de complexifier leur compréhension. Enfin, l’hétérogénéité des populations concernées et la complexité anthropologique, linguistique et sociale résultante demande à déjouer, aussi bien le cadre interprétatif trop homogène des “histoires nationales” que celui, trop global, de l’histoire économique.
                  Le colloque international Capitalismes sauvages : anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud (Université de Rennes, 10-11 octobre 2018) réunit une trentaine de spécialistes de différents pays afin d’explorer, du point de vue de l’anthropologie historique, les trajectoires de différents “territoires extractifs” de l’Amérique du Sud. De façon complémentaire au colloque, se tiendront :

– séminaire PREDA Programme de Recherches sur le Désert d’Atacama, (Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Paris, le 9 octobre) animé par Olivier Compagnon et Nicolas Richard

– workshop Paysages portuaires et réalité virtuelle (Centre Européen de Réalité virtuelle, Brest, 12-13 octobre) animé par Sylvain Laubé et Ronan Querrec

Crédits :

Comité scientifique : Capucine Boidin (IHEAL-CREDA), Thérèse Bouysse-Cassagne (CNRS CREDA), Luc Capdevila (ARENES, Univ Rennes), Andrés Castro Roldán (CREDA, Univ Rennes), Olivier Compagnon (IHEAL-CREDA), Sylvain Laubé (Université Bretagne Occidentale), Héctor Morales (Universidad de Chile), Franck Poupeau (CNRS CREDA), Gérard Borras (Cellam, Univ Rennes)

Comité d’organisation : Javier Carmona (CREDA, Univ Rennes), Daniela Durán Cid (ERIMIT, Univ Rennes),  Ximena Ortiz (Univ Rennes), Théo Milin (ERIMIT, Univ Rennes), Marie Morel (CNRS CREDA).

Avec le soutien des projets  : ANR “Mécaniques sauvages. Le savoir mécanique dans les sociétés amérindiennes du Chaco et de l’Atacama” / CNRS (LIA) MINES ATACAMA “Les systèmes miniers dans le Désert d’Atacama” / CAPES-COFECUB “Régimes nationaux de l’autochtonie” /Museu Nacional UFRJ – EHESS) / Museo Augusto Capdeville (Municipalidad de Taltal)

PROGRAMME


Mercredi 10 octobre,
MSHB – Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne,
amphithéâtre R. Castel, 2 av Gaston Berger, Rennes 
Voir sur Google Maps


10h00 – 10h30 Présentation

Présentation institutionnelle. Leszek Brogowski (VP Recheche Univ Rennes2),  Johan Oszwald (Directeur UFR Sciences Sociales, Univ Rennes2 ), Olivier Compagnon (Directeur IHEAL-CREDA, Université Sorbonne Nouvelle)

Présentation scientifique. Nicolas Richard (CNRS CREDA), Jimena Obregón Iturra (ERIMIT, Univ Rennes), Christophe Giudicelli (CHAC, Université Paris Sorbonne)

10h30  – 13h00 Côtes et littoraux
Président de séance, Sylvain Laubé (Univ de Bretagne Occidentale)

Capitalismo, extractivismo y pesca de ballenas en las costas del Pacífico entre los siglos XVIII y XX,Daniel QUIROZ (Universidad de Chile)

“A la sombra de tal misterio”: la explotación de los recursos pesqueros y faunísticos en el litoral patagónico atlántico a mediados del siglo XIX, Julio VEZUB et Sofía HALLER (CONICET, Instituto Patagónico de Ciencias Sociales y Humanas)

Viejas odres bajo nuevos órdenes: derrotero de la balsa de cuero de lobo marino en las costas de Atacama (s. VIII-XX DC), Benjamín BALLESTER (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Pause café

Minería Guggenheim y las aguas malas: la arsenificación en Antofagasta y Tocopilla (1915-1971), Damir GALAZ-MANDAKOVIC (Chercheur indépendant)

Adaptación y cambio de los Camanchacas de El Paposo. 1840-1890, Rodolfo CONTRERAS  (Museo Augusto Capdeville, Taltal)

Débat et questions

Pause déjeuner

15h00 – 18h00 Amazonies
Présidente de séance, Jimena Obregón Iturra (Univ Rennes)

Fronteras, indígenas y paradojas: Amazonia 1870-1920 y a fines del siglo XX, João PACHECO DE OLIVEIRA (Museu Nacional UFRJ, Rio Janeiro)

El escándalo del Putumayo. La guerra de imágenes en torno a la explotación del caucho,Pilar GARCIA JORDAN (Universitat de Barcelona)

Pause café

La industria yerbatera en la frontera sur-matogrosense y nororiental paraguaya (1870-1940), Pablo Antunha Barbosa (Universidad Federal Sul da Bahía)   

El caucho en la Amazonía boliviana: dilemas de un extractivismo periférico,Lorena CÓRDOBA (Conicet, CIHA)  

Colonización, explotación y tenencia de tierras en la Amazonía boliviana, siglos XIX-XX, Anna GUITERAS MOMBIOLA (Universitat de Barcelona)

Débat et questions



Jeudi 11 octobre, 
Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne,
amphithéâtre R. Castel, 2 av Gaston Berger, Rennes  
Voir sur Google Maps 


9h00 – 12h30 Grand Chaco
Présidente de séance, Capucine Boidin (Université Sorbonne Nouvelle)

Entre la aventura y la mirada colonizadora. Expediciones al Gran Chaco, Mariana GIORDANO (IIGHI-CONICET/UNNE)

El “genuino wichi” y el “inauténtico criollo”. Dinámicas interétnicas en el Chaco argentino, Zelda Alice FRANCESCHI (Università degli Studi di Bologna, Dipartimento Storia Cultura Civiltà)

Habitar los márgenes: procesos de convivencia y configuraciones territoriales en la triple frontera del Gran Chaco, Chiara SCARDOZZI (Sapienza – Università di Roma)

Pause café

« Los Indios están bien, sanos y contentos » : del enganche a la contratación de los indígenas de la Prefectura Apostólica del Pilcomayo (años 1940) , Marie Morel (CNRS, CREDA)

Aliarse para dividirse en el Chaco argentino. La respuesta de Wichis y criollos al avance del frente agropecuario, Alberto PRECI (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Prodig)

Pequeña historia de la electricidad en una comunidad indígena del Chaco (o breve historia de la noche), Nicolas RICHARD (CNRS, CREDA)

Débat et questions

Pause déjeuner

14h00 – 17h00   Désert d’Atacama  
Président de séance, Christophe Giudicelli (Université Paris Sorbonne)

La construcción social del espacio salitrero del ‘cantón’ y su desafío a la vigencia del Company Town. Tarapacá en el ciclo de expansión,  1872 -1920, Pablo ARTAZA BARRIOS (Universidad de Chile)

La muerte de Nelson Quichillao. Formas de trabajo, repertorios de acción en la lucha y formas de control-represión estatal (empresarial) durante el ciclo minero neoliberal. El mineral de El Salvador, Chile 2015, Manuel FERNÁNDEZ (Universidad Academia de Humanismo Cristiano)

Llamado a un fabuloso porvenir. Explotaciones auríferas y poblamiento en el desierto de Atacama: El mineral del Guanaco y la placilla de Aguada de Cachinal, 1880-1900,Milton GODOY (Universidad Academia de Humanismo Cristiano – Universidad de Tarapacá)

Cooperativas mineras y capitalismo salvaje en Bolivia, Claude LE GOUILL (CREDA-IHEAL).

Pause café

Para una biografía de la alfalfa en el desierto surandino. Entre el imperialismo ecológico y la microhistoria ambiental, Javier CARMONA (Université Rennes, CREDA)

Chinos en Atacama en el siglo XXI. Las redes transnacionales de Zhejiang en la Zona Franca de Iquique,Jorge MORAGA REYES (Universidad Central de Chile)

Minería, capitalismo y ciencia en Atacama: el imaginario del desierto en la obra del francés Amadeo Pissis, 1860-1880, Viviana GALLARDO PORRAS (Universidad Academia de Humanismo Cristiano)

Débat et questions

17h00 – 18h00 Discussion finale animée par Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE (CNRS CREDA) et Gérard BORRAS (Univ Rennes – Cellam)


Mardi 9 octobre, 
Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine
“Le laboratoire”, 28 rue Saint Guillaume, Paris
Voir sur Google Maps


Séminaire du PREDA
Programme de recherche sur le Désert d’Atacama

Animé par Olivier Compagnon et Nicolas Richard 

13h00 – 14h00        Présentation du Programme de recherches sur le Désert
d’Atacama (PREDA) par Olivier Compagnon (IHEAL-CREDA Université Sorbonne Nouvelle) et Nicolas Richard (CNRS CREDA)

14h00 – 16h00        Séminaire de thèse :

Le « triangle du lithium » à l’heure globale. Espace de marges et intégrations territoriales, Audrey Sérandour (PRODIG, Université Paris1 Panthéon Sorbonne)

Mines et agriculture dans le désert d’Atacama, histoire et archéologie des
oasis agricoles du désert (1880 – temps présents), Javier Carmona (CREDA,
Université de Rennes – Universidad Católica del Norte)

La gestion communautaire de l’eau au Chili, Chloé Nicolas Artero (CREDA,
Univ. Sorbonne Nouvelle Paris3)

Instruments halieutiques des chasseurs-cueilleurs sédentaires de la côte
d’Atacama (nord du Chili): techniques, réseaux économiques et évolution
sociale, Benjamín Ballester (ARSCAN, Université Paris1 Panthéon
Sorbonne)

Construction et usages de l’eau dans le désert d’Atacama (1853-1980),
Manuel Méndez (CREDA, Université de Rennes – Universidad Católica del
Norte)

Minería, migración y espacialidad urbana en el desierto de Atacama. Un
estudio comparado sobre sociedad y cultura minera en los puertos de Iquique y Arica (1885-actualidad), Felipe Valdebenito (CREDA, Univ. Sorbonne Nouvelle – Universidad Católica del Norte)

El mineral El Indio (1981-1994). Presentación y problemáticas, Ximena Ortíz
Morales (CREDA, Master Université de Rennes – Universidad Academia de
Humanismo Cristiano)

16h00 – 18h00      Présentation d’ouvrages

Milton Godoy Orellana (2018), La puerta del desierto. Estado y región en
Atacama, Taltal 1850-1900, Mutante Editores, Santiago de Chile, 320 p. – Présenté par Manuel Fernández Gaete (Universidad Academia de
Humanismo Cristiano)

Héctor Morales Morgado (2018), Habitar el desierto. Cuadernos de campo
de la Puna atacameña (1995-2015), Ed. Servicio Nacional del Patrimonio,
Colección Etnografía, Santiago de Chile, 138 p. – présenté par Daniel Quiroz
(Universidad de Chile)

Rodolfo Contreras Neira, Javier Escobar Gallegos (2018), Pequeña minería
en Taltal: relatos e imágenes, Consejo Regional de Antofagasta, Antofagasta,
204 p. – Présenté par Damir Galaz-Mandakovic Paysages portuaires et
réalité virtuelle : Taltal, un laboratoire dans le Désert d’Atacama


Vendredi 12 octobre, 
Centre européen de réalité virtuelle
Technopôle Plouzané, Brest
Voir sur Google Maps


Workshop:
Paysages portuaires et réalité virtuelle.
Taltal, un laboratoire dans le désert d’Atacama

Animé par Sylvain Laubé et Ronan Querrec

14h00 – 15h30       Le CERV et le projet LabInVirtuo

Introduction,  Sylvain Laubé (Université Bretagne Occidentale), Ronan Querrec (CERV Ecole Nationale d’Ingénieurs de Brest), Nicolas Richard (CNRS CREDA)

Histoire des paysages culturels portuaires et Humanités numériques. Sylvain Laubé (Université Bretagne Occidentale), Serge Garlatti (IMT Atlantique) Ronan Querrec (CERV Ecole Nationale d’Ingénieurs de Brest)

Visite du CERV -Centre européen de réalité virtuelle

16h00 – 18h00         Taltal, un laboratoire dans le Désert d’Atacama

Avec la participation de : Rodolfo Contreras (Museo Augusto Capdeville, Taltal), Daniel Quiroz (Universidad de Chile), Milton Godoy Orellana (Universidad Academia de Humanismo Cristiano), Benjamín Ballester (Université Paris 1 Panthéon), Viviana Gallardo (Universidad Academia de Humanismo Cristiano)


Samedi 13 octobre, 
Centre européen de réalité virtuelle
Technopôle Plouzané, Brest
Voir sur Google Maps



9h00 – 12h30            Paysages portuaires et réalité virtuelle

Avec la participation de : Marie-Morgane Abiven (Université Bretagne Occidentale), Lorena Córdoba (CONICET, CIHA Santa Cruz de la Sierra), Manuel Fernández Gaete (Universidad Academia de Humanismo Cristiano), Damir Galaz Mandakovic (Chercheur indépendant), Jorge Moraga (Universidad Central), Bruno Rouhou (Université Bretagne Occidentale), Julio Vezub (CONICET, CENPAT Puerto Madryn)



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.