Damir Galaz-Mandakovic, premier jeune docteur en cotutelle internationale du (LIA) MINES ATACAMA, obtient un important projet de recherche FONDECYT à Tocopilla

Historias de Tocopilla, carnet de recherche doctorale, Hypothèses.org.  

Damir Galaz-Mandakovic Fernández est un jeune et brillant historien et anthropologue de Tocopilla (Chili). Il a réalisé sa thèse de doctorat en cotutelle internationale, sous la direction de Alejandro Garcés, professeur au Doctorat en anthropologie de la Universidad Católica del Norte/Universidad UTA, à San Pedro de Atacama, et Nicolas Richard, chercheur au CNRS, à l’École Doctorale Sociétés, Temps, Territoires de l’Université Bretagne-Loire. Damir Galaz-Mandakovic bénéficia du programme Erasmus+ « renforcement des liens de collaboration en recherche et formation entre l’Université Rennes2 et l’Universidad Católica del Norte, dans le cadre du LIA MINES ATACAMA » et du soutien des projets de recherche FONDECYT 1160963 (Chili) dirigé par A. Garcés et ANR DS0805 (France) dirigé par N. Richard. Damir Galaz-Mandakovic a en outre bénéficié du soutien de l’Ambassade de France et de Campus France au Chili, à travers la bourse Claude Gay. 

La soutenance de thèse conduisant au Doctorat en Histoire (Université Bretagne-Loire) et au Doctorat en Anthropologie (Universidad Católica del Norte/Universidad de Tarapacá) a eu lieu à San Pedro de Atacama, le 9 juin 2017, avec la participation de Luc Capdevila, professeur en histoire contemporaine à l’Université de Rennes et rapporteur de la thèse, Marina Weinberg, professeure en anthropologie à l’Universidad Católica del Norte, rapporteuse de la thèse, et Daniel Quiroz, professeur en anthropologie à l’Universidad de Chile (Président du Jury) :  

… et un souvenir un peu plus personnel de cette soutenance 😉
Nicolas Richard (CNRS), Manuel Prieto (UCN), Marina Weimberg (UCN), Daniel Quiroz (UChile), Damir Galaz-Mandakovic (UBL – UCN), Alejandro Garcés (UCN), Luc Capdevila (Univ Rennes), le 9 juin 2017 San Pedro de Atacama

Lors de son séjour en France, Damir Galaz-Mandakovic a été au cœur de l’axe de recherche « Humanités numériques et paysages industriels et portuaires » et du séminaire d’histoire des techniques,  organisé avec le Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques (Université de Bretagne Occidentale, Université de Nantes), le Centre européen de réalité virtuelle CERV (ENIB, Brest) et l’Université de Rennes. 

La thèse de Damir Galaz-Mandakovic, Inclusions, transformations et asymétries du capitalisme minier sur la côte d’Atacama : les dérivées de la production thermoélectrique à Tocopilla (Chili 1914-2015)  (748 pages) réinterprète l’histoire portuaire du désert d’Atacama, en s’appuyant sur la trajectoire singulière du port de Tocopilla, dont elle retrace l’histoire – jusqu’ici, non étudiée – tout au long du 20è siècle. Cette impressionnante monographie d’histoire localisée s’appuie aussi sur une compréhension anthropologique des contextes portuaires, notamment des phénomènes migratoires, des dynamiques inter-ethniques et des représentations sociales, marqués par de fortes asymétries. Ainsi, partant de l’histoire et de l’anthropologie des techniques, la thèse étudie le déploiement spécifique, social et historique du dit « système Guggenheim » d’exploitation minière. Ce système (à flux continu et non plus discontinu; électrique et non plus à vapeur; nord-américain et non plus anglais, etc.) mis en place par la compagnie homonyme des « frères Guggenheim » concerne aussi bien le traitement électrifié des minerais de cuivre dans la très grande mine de Chuquicamata, que celui des exploitations de nitrates du Cantón El Toco, qui sont les seules à avoir survécu le développement mondial des nitrates synthétiques. Chuquicamata et El Toco fonctionnaient avec l’énergie produite par les grandes centrales thermoélectriques construites en 1914 à Tocopilla, qui étaient à l’époque parmi les plus puissantes au monde.  Ce « système Guggenheim » (Tocopilla, El Toco, Chuquicamata) organise, pour Tocopilla, une trajectoire historique et sociale entièrement divergente du reste des ports miniers du désert. D’une part, parce qu’à Tocopilla il n’y a jamais eut de « crise des nitrates » et le port minéralier continue de nos jours à exporter des nitrates naturels en grandes quantités (premier producteur mondial) à travers des infrastructures vieillissantes comme l’impressionnant bras mécanique, inauguré dans les années ’60, toujours en fonctionnement. D’autre part, à l’ombre de la très moderne mine modèle de Chuquicamata, Tocopilla a traversé le siècle sous les cheminées, accumulant des strates et des strates de polluants et de particules dans les corps et les paysages, avec les taux de mortalité les plus élevés du pays et des services médicaux et sociaux entièrement défaillants. Ainsi, tandis que les autres ports du désert (Antofagasta, Iquique, Taltal, Pisagua…) ont plongé dans la crise des nitrates (1930-), puis ont été reconvertis puis souvent patrimonialisés, Tocopilla, par contre, qui est toujours resté en fonctionnement, est l’image vive des contradictions et des asymétries du capitalisme minier sur la côte du désert d’Atacama.


Tocopilla, « la laide ». Vue aérienne, D. Galaz Mandakovic/N. Richard
Antofagasta, « la belle ». Vue aérienne, D. Galaz Mandakovic/ N. Richard

Le projet de recherche FONDECYT (équivalent ANR Jeune Chercheur) « Chuquicamata, Cantón El Toco y Tocopilla bajo la impronta de los Guggenheim: sistemas técnicos, sociedad, conflictos y medioambiente en el desierto de Atacama (1915-2015) » est le fruit de cet immense travail et représente, pour nous tous, une immense fierté et un aboutissement. 

(continuará…)
Les ports miniers dans le désert d’Atacama



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.