Techniques d’extraction, métallurgie andines et idéologie

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00669516Techniques d’extraction, métallurgie andines et idéologie.

L’historien a à sa disposition toute une série de sources qui permettent de comprendre le fossé qui séparait la pensée espagnole de la pensée autochtone en matière d’exploitation minière et de métallurgie. La documentation du XVIe présente, en effet, le grand avantage d’intéresser la période antérieure à l’arrivée des espagnols ainsi que le début de la période coloniale. Les mêmes documents nous autorisent à constater la longévité des techniques andines et des croyances qui les accompagnaient pendant au moins les deux premiers siècles de la colonisation et permettent de rétablir le sens du système technique de mines et de métallurgie sous les Incas et parfois avant eux.  Plusieurs facteurs jouèrent en faveur de la perduration des techniques et des concepts qui s’y rattachent : l’organisation du travail de la mita ne fut pas effective avant 1573 et comme j’ai pu le démontrer, 54 ans séparent la date officielle de la découverte de Potosi de l’extirpation de l’idole du Cerro ( 1599) et une situation similaire peut-être observée à Porco, Oruro et Carabaya où perdurèrent des rites intimement attachés à l’exploitation.

Ce qui caractérise les objets métalliques dans les Andes – c’est l’intime association entre technologie et idéologie (Heather Lechtman1974). Partant de l’idée que le développement de la métallurgie a en grande partie  dépendu de la façon dont les Andins percevaient les différents procédés qu’ils avaient élaborés et les objets qu’ils confectionnaient, Lechtman proposait (1974) de considérer que si les croyances et les attitudes culturelles  à l’égard des métaux ne sont pas  à l’origine des développement techniques initiaux, ce sont cependant elles qui stimulèrent quelques- unes des avancées techniques les plus remarquables de cette région du monde.

L’exploitation minière et la métallurgie se situent comme nous avons tenté de le démontrer le long d’une chaîne continue de procédés techniques et rituels au sein duquel ils prennent sens.

En nous centrant sur les mines Charcas   nous avons étudié en premier lieu –les cultes miniers et les techniques d’extraction des deux plus grandes mines d’argent préhispaniques de la région : Porco et Potosi , dans un deuxième temps les extirpations d’Oruro nous ont permis de mettre à jour pour une date aussi tardive que 1632 des rites miniers  liés à des cultes chamaniques avec prise d’hallucinogènes que nous avons rattaché à un vieux fond Tiawanaku puis à des pratiques ayant lieu à des périodes ultérieures, ainsi qu’à d’autres régions  comme celles d’Atacama. Enfin, nous avons relié ces cultes à ceux qui étaient pratiqués plus au nord dans les mines d’or de Carabaya probablement dès le Tiwanaku.

Nous avons pu constater au cours de notre étude, pour les deux premiers siècles de la colonisation, que ritualisation du travail minier (extraction, raffinage) et la métallurgie  s’inscrivaient dans un seul et même univers, dont le sens était lié au lieu d’extraction du minerai, aux qualités intrinsèques de ce dernier ( argent natif ou non, or en pépites ou en filons, couleur du minerai, taille des pierres de mines et couleur). Les mines constituaient donc des lieux de cultes ainsi que des lieux de mémoire où été activées toute une série de connaissances liées au monde miner et au monde des ancêtres pourvoyeur de richesse. Ces croyances perdurèrent et certaines perdurent encore.

Nous avons également démontré- à partir de données linguistiques- que Potosi ainsi que Carabaya étaient exploités avant les incas dès le Tiwanaku comme le prouvent également les travaux des limnologues (Abbott et Wolffe).  Ce qui invalide définitivement la version officielle de la découverte de Potosi par les Espagnols en 1545 et les multiples légendes qui’ s’y rattachent (et que propagent encore quelques-uns).

Se pose en conséquence toute une série de questions liées au discours   du pouvoir colonial à propos des mines qui ne peut trouver de réponse qu’une fois accomplie, de notre point de vue, une série d’études d’ethnohistoire suffisamment détaillées sur l’ensemble des mines de la région.

Décoloniser l’histoire minière et celle du capitalisme naissant qui s’y rattache passe dans le cas du système minier par la reconnaissance du savoir minier indigène (sur lequel il a longtemps reposé) et de l’ensemble d’un système de pensée. La matrice coloniale du pouvoir – du pouvoir économique et religieux-, celle du discours espagnol ne peut être analysée qu’en tenant compte des savoirs miniers andins.

Je cite à la suite une série de travaux dont je suis l’auteur.

Etude collective sur les mines de Porco et étude en solitaire.

2006-PLATT T -BOUYSSE-CASSAGNE T, HARRIS O. Mallku,Inca,Rey.Historia de la confederacion  Qaraqara-Charka.

Institut Français d’Etudes Andines, Ambassade de France en Bolivie, Insitute of Latin American Studies (Londres): Goldsmith’s College (Londres) University of St Andrews,Institute of Andean Research (New York),Inter-American Foundation (Washington), Fundacion del Banco Central de Bolivia, La Paz ,1080p.

1998- Le palanquin d’argent de l’Inca: Petite enquête d’ethnohistoire à propos d’un objet absent. Techniques et Culture ,n°29, p.1- 43.

Etudes centrées sur Potosi et Oruro

2004- El mundo de adentro: historia de los cultos andinos y cristianos en las minas del Collasuyu ( siglo XV-XVIII), Jornadas del MUSEF,la Paz.

2004- El Sol de adentro : wakas y Santos en las minas de Charcas y en el Lago Titicaca Boletín de arqueología del PUCP n°8 ((IVo Simposio Internacional de Arqueología PUCP : Identidad y transformación en el Tawantinsuyu y en los  Andes Coloniales. Perspectivas arqueológicas y etnohistóricas; Pontificia Universidad Católica del Perú, 16 a 18 2002)p.59-97

2005- Las minas del Centro-Sur andino, los cultos prehispánicos y los cultos cristianos., N°spécial du Bulletin de l’Institut français d’Etudes Andines,(T.34,n°3).

2006- Minas del Sol, del Inca y de la gente, Potosí en el contexto prehispano de las minas del Kollasuyu, in Publication du Congrés Minas y metalurgia en los Andes del Centrosur. Desde la época prehispana hasta el siglo XVIII.

2008-Le diable en son royaume, évangélisation et images du diable dans les Andes.Terrain (50).

Etude sur Carabaya

2016- Las minas de oro de los Incas, el Sol y las culturas del Collasuyu Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines,2017,46 (1) Actes du Colloque l’Or des Incas, Musée du Quai Branly septembre 2015, Bulletin de l’Institut Français d’Etudes Andines avril 2017,

Etude comparative sur les cultes chamaniques liés aux mines

2017 « La piel que habito » De algunos mecanismos de aparejamientos ontológicos entre humanos y animales en los Andes del Sur (sous presse), Universidad de San Simon, Cochabamba.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *