Allocation de recherche doctorale : “Mines et agriculture dans le désert d’Atacama” – Appel à candidature

Titre du sujet de thèse:
Mines et agriculture dans le désert d’Atacama. Histoire et archéologie des oasis agricoles du désert, lieux de contact entre populations locales et cycles miniers mondiaux (1880-temps présent)

Encadrée par:
RICHARD Nicolas
PIMENTEL Gonzalo

La thèse sera réalisée dans le cadre d’une cotutelle franco-chilienne qui s’inscrira dans le cadre du Laboratoire International Associé (LIA) CNRS “Archéologie, histoire et anthropologie des systèmes miniers dans le désert d’Atacama”.

résumé du projet de thèse:
Territoire périphérique pendant la période espagnole, le désert d’Atacama fut propulsé au centre des enjeux capitalistes mondiaux à partir de la deuxième moitié du 19e siècle. La Guerre du Pacifique (Chili-Pérou-Bolivie, 1869-1874) entraîna le partage du territoire où se développèrent ensuite successivement l’exploitation du nitrate et du salpêtre (1860-1925), celle du cuivre (1930-), celle du lithium (2000-). Autour de ces très grandes mines, une multitude hétérogène et variée de petites et moyennes exploitations complètent un paysage à dominante minérale, très aride, peu peuplé, marqué par les crises et par les cycles miniers, précocement mécanisé et industrialisé et qui a attiré ou mobilisé des populations hétérogènes. Une bibliographie importante relate ce processus, à la fois du point de vue de l’histoire internationale (enjeux géopolitiques, conflits, construction des frontières, etc.), de l’histoire économique (cycles miniers, histoire ouvrière, syndicats et acteurs sociaux) et de l’histoire nationale chilienne (histoire de la guerre, de la construction de l’État ou de la production d’un « sujet national/populaire » autour des mines, etc.).

Mais ces approches ont ignoré les populations indiennes qui, de part et d’autre des frontières, occupaient depuis longtemps ce territoire, et qui ont développé différentes stratégies d’articulation, de complémentarité ou de résistance face au dispositif minier. Ces populations vivaient de l’activité agricole dans les oasis et près des rares cours d’eau, ou bien de l’élevage et du transport caravanier dans les cordillères et plateaux d’altitude. Les différents systèmes miniers se sont appuyés sur ces ressources, en les réorientant et en les connectant différemment. En conséquence, les terrasses et les cultures de ces oasis et bourgades gardent la trace « en négatif » des différents cycles miniers qui sont venus successivement s’imprimer sur eux. Ils en constituent en quelque sorte l’archive.

Ce projet de thèse vise donc à étudier l’articulation des populations locales par rapport aux grands cycles miniers à travers l’histoire, l’anthropologie et l’archéologie contemporaines de l’agriculture dans les oasis et communautés indiennes du désert d’Atacama. Il suppose une démarche pluridisciplinaire appuyée à la fois sur un travail d’archives (recensements, cadastres, douanes, archives d’entreprises), sur les méthodes de l’archéologie historique et de l’ethnographie, ainsi que sur l’étude des mémoires locales. Sa réalisation suppose un temps de travail et un investissement importants sur le terrain.

Il permettra d’innover dans les stratégies de recherche mobilisées, de renouveler notre compréhension de l’agriculture dans le désert, de rendre visible l’articulation historique de populations et de territorialités hétérogènes, de densifier la compréhension des conflits actuels autour des exploitations minières et de mettre en lumière les porosités et les mixités techniques, sociales et culturelles qui organisent la périphérie de ces systèmes miniers, trop souvent compris comme des espaces fermés, des enclaves ou des isolats techniques.

CERHIO (N. Richard) CD étab 2016 (4)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.