Le projet MINES ATACAMA

Le désert d’Atacama est un laboratoire privilégié, à l’échelle mondiale, pour l’étude de la problématique minière. D’une part, il permet d’appréhender le phénomène avec une profondeur historique et archéologique tout à fait exceptionnelle (exploitations pré-inca, Inca, coloniales et contemporaines) et constitue un des seuls point du globe où l’histoire de l’occupation humaine repose principalement sur l’exploitation minière. D’autre part, il est le théâtre d’une très large variété typologique d’exploitations minières (de très grande à très petite échelle, métalliques et non métalliques, en surface ou souterraines, etc.) qui organisent une histoire sociale, technique et culturelle complexe, inscrite au centre de circulations régionales et mondiales. De même, il s’agit d’un carrefour de cultures et de savoirs-faire miniers d’horizons divers qui impliquent une pluralité d’acteurs et de temporalités. Enfin, haut-lieu de l’exploitation minière contemporaine (cuivre, lithium, or, nitrates, argent…), il constitue un terrain stratégique et privilégié pour observer les formes des capitalismes miniers sous contraintes politique et environnementale et permet de réfléchir, dans un contexte global de course aux ressources minières, aux stratégies des acteurs globaux et aux conditions d’adaptation des sociétés locales.

Le LIA MINES ATACAMA “Les systèmes miniers dans le désert d’Atacama » se propose d’étudier la problématique minière dans le désert d’Atacama, à travers une recherche d’excellence, internationale et pluridisciplinaire, en intégrant les apports d’équipes françaises et chiliennes en histoire, archéologie, anthropologie et géographie. Il se structure en quatre axes thématiques : a) Archéologie et archéométrie du fait minier sur le temps long ; b) Histoire culturelle et des savoirs, l’exploitation minière du désert d’Atacama comme objet global ; c) Paysages industriels et littoraux, matérialités et ethnographie ; et d) Comprendre, comparer et connecter les enjeux miniers contemporains. Les résultats escomptés concernent la recherche scientifique (production de nouvelles données, analyse de collections, publication scientifiques, présentation de projets de recherche associés), la formation par la recherche (thèses en cotutelle internationale, co-diplomations, mobilité étudiante) et la divulgation (Humanités numériques, réalité virtuelle, bases de données publiques).

Le LIA MINES ATACAMA associe six structures de recherche françaises et chiliennes. Il accueille actuellement 14 thèses doctorales en cours de réalisation sous financement français (contrats doctoraux) ou chilien (CONICYT), dont 6 en cotutelle internationale et 3 en codirection internationale. Il associe en outre deux projets ANR et 8 projets FONDECYT en cours de réalisation. Le LIA MINES ATACAMA est porté, en France, à l’Institut des Hautes Etudes sur l’Amérique Latine IHEAL de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3, en partenariat avec l’Université Paris Nanterre et l’Université de Rennes et au Chili, par l’Instituto de Arqueología y Antropología de la Universidad Católica del Norte, en partenariat avec l’Universidad de Chile et la Universidad Academia de Humanismo Cristiano, sous la responsabilité de Nicolas Richard (CNRS CREDA UMR7227) et Valentina Figueroa (IAA, Universidad Católica del Norte).